Le handicap intellectuel en France

Des personnes nécessitant un accompagnement personnalisé sur tous les pans de la vie

Entre 700 000 et 1 000 000 de personnes en France ont des troubles du neurodéveloppement ou handicap intellectuel au sens large (déficience intellectuelle, troubles psychiques, autisme, polyhandicap).

Ces personnes nécessitent un accompagnement spécialisé sur tous les pans de la vie (éducation, loisirs, santé, travail) aujourd’hui principalement apporté par le secteur médico-social (handicap, grand âge) :

+ 500 000 professionnels (éducateurs spécialisés, animateur, chef de service, aide soignant, etc.)

+ 5000 structures au service des personnes pour un budget de 180 millions d’euros entre 2017 et 2021.

Un accompagnement essentiel et pourtant difficile à obtenir

Faute de moyens et de vision claire sur les besoins, l'offre d'accompagnement actuelle ne permet de répondre pleinement aux demandes

En France, certaines personnes handicapées intellectuelles ne bénéficient pas d'un accompagnement suffisant.

Avant d'être admises dans un établissement ou service, les personnes doivent souvent faire face à un long processus, menant parfois à des situations complexes, où les solutions proposées ne répondent que partiellement aux besoins de la personnes.

Pour d'autres, aucun accompagnement ne leur est proposé :  ce sont les « sans solution », dénoncées dans le rapport Piveteau (2014).

Parcours%20demande_edited.jpg

Une vision objective à construire

Les données, une des clés pour un accompagnement satisfaisant des personnes

Le rapport IGAS-IGF dit Vachey-Jeannet (octobre 2012) est l’occasion d’un constat : la planification de l’offre médico-sociale est dictée par l’offre et non par les besoins. Cela s’explique notamment par
« l’insuffisance des sources de connaissance des situations de handicap et de leurs évolutions : les délais d’exploitation des enquêtes nationales ne sont pas en phase avec le rythme des décisions publiques ».

La mission recommande ainsi de « garantir cette fonction d’observation afin de fonder la planification régionale sur des données relatives aux besoins présents et futurs des publics accueillis en établissements et services ».

Un outil est à construire pour apporter cette vision